Member Highlight – Audrey Kirouac-Ouimet

Le parcours selon Coach Jo

 

Audrey est venue me voir en juin 2016 avec comme principal objectif de se développer physiquement. Elle adore le CrossFit, et voulait que son corps reflète les efforts et l’ardeur qu’elle y mettait fréquemment.

Détail important — elle n’a pas d’obsession concernant la balance, ni avec les différents chiffres de ses plis adipeux (pourcentage de gras). Elle désirait davantage un processus sain qui lui permettait d’améliorer sa qualité de vie du même coup.

La raison pour laquelle on souligne l’excellent travail d’Audrey est celle-ci; non seulement son corps a-t-il énormément changé depuis le début (-15 lb sur la balance et 4 % de gras de perdu), c’est le travail « à l’intérieur » qui est sincèrement épatant. Sans rien dévoiler de sa vie privée, pour maîtriser son métabolisme, nous avons aussi pris le temps de maîtriser son stress et sa perception des différents facteurs de stress dans sa vie.

Le travail intrinsèque, et le changement physique que cette femme a réalisé en si peu de temps est tout simplement impressionnant.

Bravo, Audrey, ton corps coopère avec toi (enfin !), et tu es un modèle du « style de vie santé » pour tout le monde qui t’entoure !

 

– Jonathan Allard –

 

 

L’expérience d’Audrey

 

Salut,

Je m’appelle Audrey, j’ai 27 ans, je suis criminologue de formation et adepte de CrossFit depuis un peu plus d’un an. Avant de te raconter mon cheminement avec Jonathan, je dois te faire une mise en contexte pour que tu puisses mieux comprendre d’où part le travail que lui et moi avons fait ensemble.

 

Non, mon histoire n’en est pas une de transformation physique extrême et non je ne suis pas une athlète de haut niveau. Non en fait, j’ai eu un parcours de vie assez commun jusqu’à maintenant. Par contre, j’ai quelque chose qui me différencie de beaucoup de gens (pas de tous en effet, mais de plusieurs sûrement). Ce n’est pas un côté de moi que j’adore parlé, mais j’ai fini par comprendre qu’il m’était indissociable. J’ai un diagnostic que tu n’as peut-être pas ; le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), oui oui à 27 ans encore avec l’hyperactivité. Non, je ne suis pas le genre de petite peste insolente incapable de tenir en place et qui fait des mauvais coups dès que l’occasion s’y présente (quoi que mon copain dirait le contraire, mais bon 😉 ). Non, en fait, c’est lui en haut, lui, mon cerveau, qui est hyperactif et qui désorganise mon corps au complet. Retiens cela et tu vas mieux comprendre la suite.

 

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été assez sportive (basket-ball, course à pied, conditionnement physique, etc.), mais, comme je l’ai mentionné plus haut, j’ai découvert le CrossFit il y a un peu plus d’un an. C’est alors que j’ai décidé d’aller voir Jonathan l’été dernier, car je voulais maximiser mes performances dans ce sport. Pour ce faire, je ne voyais aucune autre option que d’améliorer ma condition corporelle afin d’améliorer mes performances via la nourriture et un mode de vie en ce sens. Par contre, ayant été beaucoup trop soucieuse de mon apparence par le passé, je ne voulais pas m’attarder à ce que l’on parle de chiffre, de poids, de quantité de muscles et de taux de gras uniquement. Je ne voulais pas me définir par des chiffres. Je voulais progresser, certes, mais en étant bien dans la triade corps-cœur-tête. Mon indice de mesure à moi n’était donc pas la balance, mais bien le « comment je me sens au fond de moi ».

 

Malheureusement, les premiers mois n’ont pas été faciles et les résultats n’allaient pas dans le sens désiré. Non, en effet, car l’été dernier, je crois que mon corps a cassé, il a brisé, il s’est déréglé. Je n’avais plus le même contrôle sur mon métabolisme que j’avais auparavant. Oui, mon corps s’est épuisé de toutes les dernières années où je l’ai fait travailler au-delà de ses limites, trop souvent, trop longtemps, à cause de lui en haut, mon cerveau qui devait toujours fonctionner à cent milles à l’heure et qui n’a jamais appris à s’arrêter pour souffler avant de repartir. À titre d’exemple : les cinq, voire six dernières années mêmes, j’allais à l’université à temps plein (bac +maîtrise), je travaillais pratiquement à temps plein aussi comme intervenante sociale et/ou criminologue (maison de transition, service de police, Centre Jeunesse) et j’ai même eu deux emplois en même temps l’an dernier. Je m’entraînais aussi 5 à 7 jours par semaine, car il fallait bien que je canalise ce trop-plein d’anxiété créé par la surcharge de projets utilisés pour gérer cette hyperactivité.

 

Donc l’été dernier, ça ne fonctionnait plus. Mes performances au CrossFit, même au travail, diminuaient. Je n’avais plus de motivation. J’étais fatiguée, irritée et irritable. (Merci à mon copain d’ailleurs qui m’a accompagné dans tout ce processus avec moi-même, ce ne fût pas chose facile). C’est alors que je décidé de m’adresser à lui en haut, mon cerveau. J’ai dû mettre des moyens en place pour le gérer et pour que ce ne soit plus lui qui me gère. J’ai donc appris à écouter mon corps et non ma tête. J’ai dû prendre du repos. Cela a probablement été la chose la plus souffrante que j’ai dû faire de toute ma vie, c’est-à-dire ne rien faire. J’ai revu des spécialistes, j’ai accepté le diagnostic, dans le sens où mon TDAH est là pour rester et c’est alors que les choses ont commencé à bouger (oui, en passant, je prends du « ritalin » pour adulte, si tu te poses la question). Jonathan m’a beaucoup aidé à développer de nouvelles habitudes en lien avec mes besoins spécifiques et c’est à ce moment que les résultats positifs sont arrivés.  À chaque rencontre mensuelle, on focussait sur le « comment je me sens » avant tout. Au fil des mois, mieux j’allais, plus les résultats étaient concluants et plus mes performances au CrossFit s’amélioraient.

 

Jonathan m’a aidé à développer un mode de vie basé sur mes valeurs et besoins, mais surtout qui répond à ma réalité. Un mode de vie dans lequel je n’ai pas l’impression d’être coincée et de suivre de quoi de trop strict me donnant l’impression de me priver de tout. Un mode de vie dans lequel j’ai appris à m’écouter et à respecter mes limites : je mange, je dors et je m’entraîne en fonction de ce dont mon corps et ma tête ont besoin et de ce qu’ils sont capables. J’en apprends encore sur les signaux de mon corps et sur mes limites, c’est un éternel apprentissage, je crois. Ainsi, en une période de 6 mois environ, j’ai fait du ménage dans ma tête et dans ma vie, j’ai recommencé ma maîtrise (oui, j’avais quelques corrections à faire…) et je l’ai enfin terminée et réussie. En six mois environ, j’ai perdu je ne sais plus combien de livres de gras, 16 livres je crois, sans trop vraiment m’en rendre compte pour être honnête. Tout ça, car j’ai mis en place de nouvelles habitudes qui me permettent de développer ce sentiment de confort au fond de moi et de créer ce fameux équilibre corps-cœur-tête. Ma condition physique continue de s’améliorer et mon confort intérieur s’agrandit ; mais pour cela il n’y a aucun chiffre ou de pourcentage assez précis pour quantifier leur importance, mais surtout leur influence positive. À 27 ans, j’ai appris à m’accepter, à ne pas me définir par des chiffres, mais bien à comment je me sens au fond de moi-même, j’ai appris à être honnête avec moi et c’est la de loin l’apprentissage le plus payant pour mon corps et mon esprit à la fois.

 

Audrey_Kirouac_3  Audrey_Kirouac_6  Audrey_Kirouac_4

 

– Audrey Kirouac –

 

Partager l'article :

Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter

Partager l'article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter

Articles reliés

9 saines habitudes pour favoriser la perte de poids

Nous utilisons des méthodes simples et éprouvées pour inspirer, motiver, surveiller et guider nos clients vers d’étonnantes transformations corporelles (et …

Lire l'article

Êtes-vous inflammé? Essayez l’exercice.

Les menaces environnementales actuelles mettent notre système immunitaire en alerte rouge. Le résultat: l’inflammation chronique, qui contribue à la maladie …

Lire l'article

Routine d’entraînement pour rentabiliser ses séances de Strongman

L’entraînement de type Strongman modifié a pour but de développer la force, l’endurance, la capacité cardiovasculaire, mais son vrai charme, …

Lire l'article

La Multivitamine

Pour faire X, votre corps pourrait avoir besoin de substance Y. La substance Y ne peut être dérivée que de …

Lire l'article

Recap Formation SWIS – Society of Weight-Training Injury Specialists symposium 2015

1. Long-distance runners use the fascia system more than the muscle system. 2. Fibroblasts in the Fascia system can remodel …

Lire l'article