Post-Chirurgie – La convalescence

Le bon chirurgien

Je commence cet article en force en vous confirmant que la chirurgie est une vraie réussite. Je suis fière de moi et de cette décision. Les résultats sont spectaculaires et bien qu’ils ne soient toujours pas finaux, je dois avouer que le but principal est comblé; être à l’aise de porter des shorts et de montrer mes genoux. Aussi simple que ça.

J’ai travaillé longtemps pour atteindre ce but. J’ai surtout cherché longtemps le bon chirurgien. Je me devais de trouver la personne qui allait me donner confiance et surtout croire en mon projet autant que moi. Un artiste qui allait pouvoir sculpter une meilleure version de moi-même comme je le visualisais dans ma tête. Ça aura pris cinq rencontres sur un an pour que finalement mon intuition soit bonne et que je sois convaincue d’avoir trouvé le bon chirurgien pour mes besoins. Après tout, avant de mettre son corps entre les mains d’un inconnu, mieux vaut que la confiance soit présente et ce fût ce que je ressentais avec lui. Je voulais des genoux et il était prêt à tout faire pour me les rendre.

Le matin de la chirurgie, avant d’être endormie, j’ai eu la confirmation que j’étais entre de bonnes mains. Le chirurgien était assis, en indien, devant moi avec son crayon et semblait créer une œuvre d’art en dessinant sur ma peau les corrections à faire. Il m’expliquait ce qu’il allait accomplir comme intervention et je le sentais heureux et fébrile. Il souriait et je le sentais vraiment dans son élément. Il a compris mes besoins. J’ai pu fermer les yeux et me laisser endormir en toute confiance.

La récupération

Je me remercie et me félicite d’avoir pris le temps de me préparer pour cette chirurgie avec soin. La santé et la forme m’ont permis d’être sur pied le soir même de l’intervention. J’étais, hors de toutes attentes, spécialement en forme. Au lieu de vivre un 48 heures de douleurs intenses comme on me l’avait spécifié, j’étais plutôt assise dans mon lit à manger de la soupe et des biscuits moins de 4 heures après mon réveil. La douleur était à zéro, certainement bien contrôlé par un protocole de supplément naturel anti-inflammatoire et de bons antidouleurs, mais je me sentais très bien. Les jambes immobiles, j’étais fière d’avoir le reste du corps solide pour bouger et me déplacer. Je crois fermement que c’est mon nouveau mode de vie qui fait toute la différence. Juste pour cela, je me félicite d’avoir pris la décision de me choisir dans ma vie il y a trois ans et je vais poursuivre sur la même voie encore longtemps. La santé n’a pas de prix dans la vie.

La convalescence

Long et pénible ;) En toute transparence, j’ai beaucoup de difficultés à me retrouver seule avec moi-même. Là où la plupart des gens y voient un moment pour faire le point, se reposer et en profiter pour mettre de l’ordre dans leur vie, moi j’y vois un moment de stress intense et d’inconfort. En dehors de ma zone de confort, de paramètres serrés et d’une routine bien établie, je perds rapidement mes repères. Dépendre des autres et me sentir vulnérable n’est pas du tout agréable pour moi. J’ai beaucoup de difficulté à lâcher prise et c’est ce qui a rendu ce moment plutôt difficile à gérer. (Mauvaise alimentation, beaucoup d’émotions négatives, perte de confiance, détressent). Bien que je me sois préparée à ce moment, je ne suis pas fière de la façon dont je l’ai géré. Mon coach m’a souvent répété de focaliser sur UNE seule chose à la fois et je le répète constamment aux gens qui me demandent des conseils pour réussir eux-mêmes à entreprendre un changement. The One Thing. Le mien n’était assurément pas de continuer une diète stricte dès le lendemain, ni d’être sur pied en une semaine et de conserver ma « shape ».

Le mien était la RÉCUPÉRATION. Laisser la chance à mon corps de guérir de ce traumatisme et surtout de prendre du temps pour moi. Je suis passée par toutes sortes d’états et d’émotions. De la joie à la peur en passant par la satisfaction de la réussite et l’inquiétude de ne pas être à la hauteur. La fille qui trouve son bonheur et sa joie de vivre dans un gym s’est retrouvée en détresse. J’ai perdu le contrôle sur moi, mes émotions, mon alimentation, ma confiance. Ma tête a pris le dessus. « Ma tête » mon plus grand combat dans cette transformation.

avant
*Avant la chirurgie

 

Le retour à la normale

Sept semaines se sont écoulées depuis la chirurgie. Les jambes guérissent bien. Le fait de bouger plus « normalement » cause des tiraillements sous la peau, des douleurs pour ce qui est des cicatrices, mais c’est le processus normal de guérison et je dois passer par là. Je suis très chanceuse de n’avoir eu aucune douleur, aucune complication, infections ou inflammations. Les résultats finaux ne seront visibles que dans plusieurs mois. Chaque jour, je constate une différence et une amélioration. La reprise de l’entraînement s’est faite la semaine dernière avec un programme du haut du corps et le retour au travail la semaine prochaine. Vivement le retour à ma routine. La reprise d’une alimentation saine, retrouver un cadre connu et reprendre confiance en mes capacités.

La leçon

En toute humilité, je suis plus humaine que jamais. J’ai compris que je suis totalement imparfaite. Que je ne suis pas invincible comme un superhéros et que j’ai beaucoup à apprendre dans la vie. Même en mettant en place de bonnes habitudes de vie, il se peut que les anciens “patterns” refassent surface et il faut simplement les accepter et ne pas essayer de les contrôler, mais plutôt les comprendre pour mieux les gérer. Ils font partie de nous.

J’ai honte de moi-même et j’aurais souhaité de ne pas perdre autant le contrôle et apprécier plus le moment. Je me croyais au-dessus de mes affaires, mais je suis tombée. Comme quoi j’ai encore beaucoup à apprendre sur moi-même. Je vais me relever sans aucun doute, je vais me fixer un nouvel objectif et tout mettre en œuvre pour l’atteindre. Je vais commencer par accepter que la prochaine année soit consacrée à me remettre sur pieds et surtout profiter de ces nouvelles jambes. Elles sont ma réussite, le résultat d’un travail acharné, de discipline et de détermination. Ensuite, arrêter d’avoir honte, car aucun objectif ne peut être atteint avec de la culpabilité. Let’s go!

apres
*Après la chirurgie

 

Partager l'article :

Facebook
LinkedIn
Twitter

Partager l'article :

Articles reliés

La semaine finale – Objectif chirurgie – 1 week out

La semaine finale. Je suis rendue. C’est là, maintenant, la fin de la préparation, le début d’un nouveau chapitre de …

Lire l'article

Est-ce qu’un haut volume d’entraînement peut nuire à la perte de poids?

Trop d’exercice peut entraver à la fois la perte de gras et la perte de poids. Du point de vue …

Lire l'article

La prise de suppléments est-elle essentielle même avec une alimentation équilibrée?

Question: Je mange de façon équilibrée, pourquoi devrais-je prendre des suppléments, comme du magnésium et de la vitamine D?   …

Lire l'article
Allard Fitness

Bravo Xavier!

L’équipe du Centre Performance AllardFitness aimerait féliciter et souligner les efforts de son plus jeune client, Xavier Montpetit. Xavier évolue …

Lire l'article

La FAQ’S du Vendredi

Question : Est-ce que consommer du poisson une à deux fois par semaine est suffisant pour obtenir un bon apport …

Lire l'article